Ce site a été déplacé sur www.boskitos.com veuillez mettre à jour vos favoris




La ville aux cent mille romans

 

www.boskitos.com

 

Balzac

Ferragus

?

Introduction

Ferragus issu de La Comédie Humaine, qui est le titre de l'ensemble de ses romans portant sur la vie parisienne. Balzac vient de la bourgeoisie provinciale. Il est né à tours. D'ailleurs, beaucoup de ses romans commencent en province pour se terminer à Paris. C'est le thème du provincial qui " monte " à Paris… Balzac adore Paris mais on retrouve d'autres thèmes dans ses romans, notamment celui du jeune homme qui est initié par une femme plus âgée, plus mûre. Ce texte est bien différent des autres : certes, il s'agit d'une gigantesque description comme Balzac en a l'habitude de faire mais c'est surtout une description métaphorique. En effet c'est en fait une métaphore filée de bout en bout. Balzac a cette réputation d'abuser de descriptions trop longues et trop réalistes… il y a tellement de détails que cela prive le lecteur de toute imagination ! Dans ce texte, la ville va être personnifiée en un être vivant, un monstre ! " le vrai peut quelques fois n'être pas vraisemblable " (Boileau). C'est la ville où l'on peut raconter 100 000 romans, c'est la ville où il s'écrit 100 000 romans…

Lecture

1. Le plus délicieux des monstres (l.1-8)
2. La journée du monstre : Paris diurne (l.8-17)
3. Mais la nuit du monstre : Paris nocturne, celui des vrais amateurs (l.17-29)
Conclusion

1. Le plus délicieux des monstres.

l. 1-4 très travaillé : emploi du démonstratif " ces " par deux fois ainsi que " ceux ".
phrase très découpée (7 virgules, 1 point-virgule)
les compléments sont bien séparés les uns des autres, la phrase est très complète, construite à partir de " qui savent récolter " :
comment ? " en flânant Paris "
quoi ? " la masse de jouissance flottante "
quand ? " à toute heure "
où ? " entre ses murailles "
Cette phrase évoque une promenade parisienne.
l.4 Balzac reprend sa construction grammaticale : " par ceux " reprend " par ces hommes " (l.2)
oxymore et superlatif " le plus délicieux des monstres "
l.5-6 phrase encore très bien construite : on peut la découper en 3 parties, à partir des 3 point-virgules. Gradation ascendante dans la longueur des groupes de mots : " là, plus loin, dans ce coin " et " jolie femme, vieux et pauvre, élégant comme une femme à la mode "
l.6 exclamation traduit une émotion !
On commence la personnification de la ville à un monstre : aux greniers on assimile la tête, aux premiers étages l'estomac, aux boutiques les pieds. Chaque immeuble peut être assimilé à un corps, à une vie. L'étage et l'estomac rappellent les bourgeois qui ne manquent pas de manger ! Enfin, les boutiques sont en fait liées à la rue. C'est en effet elles qui font l'activité de la rue.

2. Paris diurne

Changement de ton : il interpelle le lecteur. " eh ! " interjection, exclamation qui traduit l'expression d'une émotion. Puis " quelle vie toujours active a le monstre ? " interrogation qui vise directement le lecteur.
Il y a toujours une activité à Paris " à peine le dernier… que déjà "
Effet de contraste saisissant entre la vie bourgeoise et celle des ouvriers : pendant que les premiers rentrent du bal, où ils ont fait la fête toute la nuit, les seconds se préparent déjà à une dure journée de travail. Décalage évident entre les 2 groupes sociaux.
Cette partie peut nous faire penser au " Paris s'éveille " de J. Dutronc.
Phrase tout en contraste, donc, comme le montre les oppositions entre " frétillement " et " se remuent " ; entre " au cœur " (intérieur de Paris) et " aux Barrières " (portes de Paris).
l.10 " ses " et " il " évoquent le monstre.
l.11-15 une longue phrase
la personnification continue mais cette fois c'est à un grand homard que l'on se réfère.
l.11 " toutes " on enlève les barrières sociales. Correspond aussi bien aux riches qu'aux pauvres.
l.12 30 000 chiffre hyperbolique
On distingue bien hommes et femmes
Enumération des biens essentiels : une cuisine pour manger, un atelier pour travailler, un lit pour dormir, des enfants et un jardin.
l.15-16 la métaphore filée se poursuit. Très imagé. Cette fois le sens auditif est mis en avant (" craquent, communique, parle ")
l.16 " à midi tout est vivant " c'est le summum de l'activité de Paris
" rugit " propre à un monstre
Balzac mélange le concret et l'imaginaire : les cheminées fument et le monstre rugit et mange
l.17 " beau spectacle " phrase nominale et exclamative qui traduit encore l'émotion de Balzac. C'est normal car il aime énormément Paris.

3. Paris nocturne

Changement de ton.
l.17 " mais " marque le changement
l.17-21 phrase de transition. Contraste saisissant. A l'agitation succède le calme (" silencieux ", " murmures "). A la lumière succède l'absence de lumière (" sombres ").
l.18-19 " qui n'a pas admiré " " qui n'a pas entendu " question rhétorique, parallélisme
l.18 rythme ternaire (paysages, lumière, cul de sac)
champ lexical de la nuit : " sombres " " profonds " " silencieux " " murmures " " minuit et 2h du matin ".
l.18 " cul de sac " Paris inquiétant… ça n'a rien de rassurant un cul de sac !
l.20-21 phrase clé du texte. Contraste ombre/lumière. Poésie de mystère, d'inquiétude
l.21 " contrastes " souligne la différence en Paris de jour et Paris de nuit
l.21 s'oppose à l.2 : " qui ne marchent en écervelé " rappelle " en flânant " et " petit nombre d'amateurs " rappelle " ces hommes d'étude et de pensée " et " déguster " se démarque de " récolter " : une marque de raffinement.
Ici, Balzac se place parmi les esthètes, les orgueilleux.
l.22-23 accumulation de défauts
l.23 " pour les autres " renvoie encore au début du texte. (les autres = intellectuels)
Paris est réduit à ses seules beautés.
Certaines personnes partent pour Paris dans l'objectif de trouver des idées pour leurs romans. Ceux-là sont des amateurs, la petite élite.
l.26 6 attributs (triste, gai, laid, beau, vivant, mort) qui montrent que les vrais amateurs aiment tous les aspects de Paris.
Balzac a déjà un comportement naturaliste.
l.29 rythme ternaire (tête, cœur, mœurs)

Conclusion

Ce texte est très énigmatique et très subjectif. Il est réservé à la petite élite. Balzac aime Paris d'un amour hyperbolique, orgueilleux, démesuré.

[ Haut de page ]

[ Accueil ] [ Ti89 ] [ Fac ] [ Lycee ]

[ Français ] [ Latin ] [ Histoire Géographie ] [ Economie SES ] [ TPE : Les illusions d'optique ]




Membre de ClickFR, Reseau francophone Paie-Par-Click
Dernière mise à jour :

 17/05/04