Ce site a été déplacé sur www.boskitos.com veuillez mettre à jour vos favoris




Le "pé" et la "mé" Duroy

 

www.boskitos.com

 

Maupassant

Bel Ami

Partie II, Chap. I

Introduction

Madeleine est une femme du monde, moderne et intellectuelle. Après son mariage avec Georges, elle souhaite rencontrer ses parents lors de leur voyage de noces. Madeleine insiste pour les connaître, mais elle a une fausse idée des paysans. La confrontation est amusante et pathétique car c'est le choc de deux couples

Lecture

I. Les deux paysans (de "c'étaient" à "voiture")
II. La rencontre parents / fils
III. La rencontre beaux-parents / belle-fille

Conclusion

I. Les deux paysans

Maupassant décrit d'abord les paysans et les voit à travers ses yeux de citadin puis  à travers la vision de Madeleine. Il suit une démarche précise. Il décrit d'abord leur démarche, ils se ressemblent. Leur portrait est cependant différent : la mé est grande et mince, le pé est petit et trapu. Opposition de ces personnages : 4 qualificatifs différents : jovial, bon enfant vs économe, travailleuse. Il fait correspondre le physique avec le caractère
Madeleine les voit en citadine, proche de la pitié "une tristesse". Elle est effarée en voyant leur "état"
Sans transition, on passe en focalisation interne : les paysans sont étonné de voir dans ce beau monsieur leur petit paysan : "sans parler" , "enfant attendu"

II. La rencontre parents / fils

Chez lui, Georges est naturel, il ne joue pas la comédie, parle avec son accent.
Maupassant montre d'abord la réaction du couple puis des deux paysans
Pour embrasser le fils, la mère fait le premier pas, alors que pour la belle fille c'est le père
Georges embrasse affectueusement son père mais pas sa mère
Le retrouvailles sont rapides, ce passage est en opposition avec la présentation de Madeleine.

III. La rencontre beaux-parents / belle-fille

A la campagne, on divorce pas, le choix de la femme est donc important. Quand Georges présente sa femme, leur première réaction est de regarder cette mondaine parisienne (un peu comme une bête de foire ). Le regard du père est différent de celui de la mère. La mé est méfiante car cette femme se présente comme un rivale : elle lui enlève son fils, alors que le pé la trouve à son goût et devine qu'elle a de l'argent. La mé est peut être aussi un peu jalouse de sa beauté. Le père l'embrasse volontier. Madeleine est choquée. La mère, elle, l'embrasse contrainte et forcée. Discours indirect libre. Elle imaginait une fille normande. Comparaison avec une jument poulinière et une pomme : elle souhaitait un fille du terroir, et elle voit devant quelqu'un qu'elle juge être un traînée.

Conclusion

Dans ce passage, Maupassant fait une description réaliste des paysans, il aime ces paysans car il aime retrouver ses racines. Georges est rendu sympathique dans ce passage. Madeleine comprends qu'il n'y a aucune affinité entre eux, ils repartent et ne reviendront pas. C'est le début de la chute du couple.

[ Haut de page ]

[ Accueil ] [ Ti89 ] [ Fac ] [ Lycee ]

[ Français ] [ Latin ] [ Histoire Géographie ] [ Economie SES ] [ TPE : Les illusions d'optique ]




Membre de ClickFR, Reseau francophone Paie-Par-Click
Dernière mise à jour :

 17/05/04