Ce site a été déplacé sur www.boskitos.com veuillez mettre à jour vos favoris



SES 2nd

www.boskitos.com 



Première page : Les Hommes vivent en société

Deuxième page : Le travail, nouvelle forme d’Identité sociale

Troisième page : Population, travail et chômage

Quatrième page : L’État et les administrations publiques


Population, travail et chômage

         Dans une entreprise, des hommes utilisent des outils et des machines afin de produire des biens et services. Le travail, dans ce cadre de l’entreprise représente toutes les activités humaines (travail intellectuel et manuel ). Le reste est le capital.

Chômage : toute personne en âge de travailler et qui désire travailler mais qui ne trouve pas de poste est en situation de chômage.

A.        Définitions diverses

Ø      ANPE : agence nationale pour l’emploi. L’ANPE reçoit des individus qui cherchent un emploi et des individus qui offrent des emplois (entreprises, chefs d’entreprises )

Ø      APEC : agence pour l’emploi des cadres. L’APEC et l’ANPE sont des agences du service public (de l’Etat )

Ø      Agences privées de recrutement : « les chasseurs de têtes ». Comme l’APEC et l’ANPE elles organisent une rencontre entre les entreprises et les travailleurs. Le chasseur de tête lui se déplace dans les grandes écoles, les universités ou les entreprises de pointe pour dénicher des travailleurs de grande qualité.

Ø      DEFM : demandeurs d’emploi en fin de mois. Cette définition correspond au chômage selon l’ANPE : un chômeur doit - être sans emploi, disponible pour travailler, rechercher un emploi à plein temps ou à temps partiel ou à durée déterminée, dans sa ville ou dans sa région. l’ANPE possède un ensemble de noms de DEFM et d’offres d’emplois.

DEFM

Offres d’emplois (entreprises )

 

 

CV

Profil professionnel

Etat civil

Poste proposé

Expérience professionnelle

Mission

Motivations

Salaire

Prétentions salariales

 

Remarque : Le look n’a pas le droit d’être une discrimination.

         L’agence de recrutement va mettre en relation les employeurs et les futurs employés.

B.          Le(s) marché(s) du travail

1)    Découverte 

Qui offre le travail ? L’entreprise ou l’individu ?

Le travail est un bien et un service. Comme tous les biens et services il est offert par celui qui peut le réaliser. Or l’homme réalise le travail.

Qui offre l’emploi ? L’individu ou l’entreprise ?

L’emploi représente l’utilisation du travail. Cette utilisation détermine les postes sur lesquels viennent travailler les ouvriers, les cadres, les patrons…

Travail

Offre

Demande

Ménages / individus

Entreprises

Demande

Offre

Emploi

 

2)  BIT et ANPE

Le BIT (bureau d’insertion du travail ) compte le nombre de chômeurs dans un pays pour une période.

Est chômeur selon le BIT toute personne :

Ø      Sans emploi (précaire = emploi )

Ø      N’ayant pas travaillé depuis une semaine

Ø      Disponible pour travailler

Ø      Qui recherche activement du travail

Remarques : 80% des nouveaux emplois sont des emplois précaires.

L’INSEE (institut national de la statistique et des études économiques) retient la définition du BIT. Le MEDEF (patronat ) retient aussi la définition du chômage du BIT. En France en 1999-2000, il existe 2 600 000 chômeurs.

L’ANPE retient cette définition du chômage : toute personne :

Ø      Sans emploi ou précaire

Ø      N’ayant pas travaillée depuis 3 mois

Ø      Disponible pour travailler

Ø      Qui recherche activement un emploi

         L’ANPE considère donc que l’emploi précaire est un chômage masqué. Le calcul du BIT est moins précis que celui de l’ANPE car il ne distingue pas une personne ayant un emploi stable d’une personne ayant un emploi précaire. Or un emploi précaire n’est pas une situation active idéale.

 

 

 

C. Chômeurs et situation sociale

Rappel : Une personne ayant un emploi qui correspond à ses compétences, à ses intentions en matière de temps de travail et à ses prétentions salariales est dans une situation stable socialement et psychologiquement.

         Le travail est un bien ou un service bien particulier. De la même façon que l’on échange de l’argent contre du pain, une voiture, un loyer est-il possible de mesurer la valeur du travail ?

Le travail correspond à une capacité pour celui le réalise. BIP l’offreur va essayer d’échanger son travail contre le plus d’argent possible. Son principal problème c’est que beaucoup de monde peut réaliser ce travail en exigeant un salaire moindre.

Par ailleurs le travail constitue un besoin pour l’entreprise qui embauche. L’entreprise a le choix entre utiliser du travail humain ou utiliser du travail mécanique. Dans ce cas le prix du travail est au plus égal au prix de la machine.

Ce modèle de détermination du prix s’appelle la sélection inverse. Il va déterminer le degré de substitution entre l’homme et la machine. La substitution de l’homme par la machine n’est possible que pour certains types de travail : le travail exécutoire est substituable alors que le travail conceptuel ne l’est pas.

Remarques :

Du côté du travailleur le travail s’échange contre le salaire. Le salaire est une ressource qui sert à acheter des biens et services pour vivre et plus. Tous les actifs proposent de vendre leur force / capacité de travail pour obtenir un salaire afin de consommer.

Dans certains cas l’efficacité ou l’utilité du travail du travailleur est relativement faible ce qui fait que le salaire devrait lui aussi être faible (ex 1000 F/mois ). Or en dessous d’un certain minimum le niveau de salaire ne suffit plus pour acheter suffisamment de biens et services vitaux. D’où le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance SMIC.

        3 000 F       5000 F      5 600 F                      10 000 F

         ASSEDIC, allocation chômage

                                      Si les prétentions correspondent avec ce salaire,

le travailleur accepte l’emploi.

Si les prétentions correspondent à 3 000 F, le travailleur pourrait accepter mais il refuse : il n’acceptera que le SMIC.

Conclusion : Sur le marché du travail on trouve des adultes qui ont un travail de nature différente :

Ø      Typique, stable, bien payé

Ø      Atypique, précaire

Ø      Qui correspond aux prétentions

Ø      Qui ne correspond pas aux prétentions

Face à l’emploi, un actif peut préférer une situation de chômage mieux rémunéré qu’une situation d’emploi réel. Le choix dépend du niveau de salaire proposé, du niveau de l’allocation chômage et de la motivation personnelle du travailleur.

D.        Définitions de la population

Ø      Population inactive : ensemble des personnes de moins de 20ans ou de plus de 60 ans ou inaptes au travail. @ 25 millions de personnes.

Ø      Population active : ensemble de personnes qui peuvent travailler. Remarque : on regarde souvent si l’individu veut travailler. 35 millions de personnes.

Ø      Population active occupée : ensemble des individus qui peuvent travailler et qui ont un emploi. 31 millions de personnes.

Ø      Population active inoccupée : ensemble des personnes qui peuvent travailler et qui n’ont pas d’emploi. Ce sont les chômeurs. 4 millions de personnes.

 

 

 

Remarque : une femme ou un homme au foyer est inactif.

         Dans la société, le scientifique étudie l’évolution de la population inactive, de la population active occupée et de la population inoccupée ainsi que les parts relatives de ces trois populations dans la population totale. (Part relative = effectif du groupe / effectif total x 100. En % ). La plus importante part relative est celle de la PAI par rapport à la population totale PT ou par rapport à la PA.

Taux de chômage = Part relative PAI / PT = 11 % de la population totale.

Part relative PAI / PA = 7 % de la PA

Ce taux de chômage est légèrement inférieur à la réalité française actuelle. Néanmoins cet ordre de grandeur est représentatif de la situation européenne. Pour comparer, le taux de chômage est @ 5 % de la PA aux USA, de 3 % de la PA au Japon en 1990 et de 8 % maintenant, de 17 % de la PA en Espagne.

Remarque : si on tient compte de la PA précaire un quart de la population active est dans une situation défavorisée par rapport au travail.

Historique de la population par rapport au travail.

1800

1945

1975

2000

Révolution ind.

Crises

guerre

30 glorieuses

crise

?

0 %

8 %

2 %

< 0 %

10 %

12 % / 20 %

Pour le sociologue, le chômage change de nature selon que le pays connaît ou non une crise économique. De 1945 à 1975 ce sont les 30 glorieuses : le taux de chômage est très faible voir négatif. Etre chômeur à cette époque signifie penser obtenir rapidement un emploi (un étudiant qui sort de l’université ne cherche que pendant deux mois un emploi pour travailler ). En 1975 il y a eu une crise économique : un chômeur ignore la durée de son chômage. Celle ci est en moyenne de 9 à 15 mois. Quand le chômage devient un problème de longue période, alors il entraîne des problèmes de revenu. Le chômeur ne peut en effet plus consommer or nous sommes dans une société de consommation alors il est exclu.

Pour compenser l’augmentation du prix du pétrole les entreprises doivent faire des économies sur la main d’œuvre ou sur le capital. Elles ont choisi d’abaisser l’utilisation de la main d’œuvre en la remplaçant par des machines automatiques. C’est la main d’œuvre exécutante qui est la plus substituable.

Répercussion de la hausse du prix du pétrole

[ Haut de page ]

[ Accueil ] [ Ti89 ] [ Fac ] [ Lycee ]

[ Français ] [ Latin ] [ Histoire Géographie ] [ Economie SES ] [ TPE : Les illusions d'optique ]




Membre de ClickFR, Reseau francophone Paie-Par-Click
Dernière mise à jour :

 17/05/04